30/12/2011

un bruit étouffé par une musique. Ou plutôt une musique étouffée par un bruit

 Un train, une chose commune, banale qui cependant peut tuer. 


 La première fois que le monde vit ce film, la toute première fois qu'il vit un mouvement d'un objet commun surgir d'un mur blanc, il paniqua. L'association de ces deux aspects physiques était surréaliste. 

L'arrivée du train surprend, par ces bruitages, sa musique alarmante signalant l'arrivée de notre chevalier d'assaut.

Lorsque le monde vit cette arrivée banale accompagnée d'une musique joyeuse, il se transforma en une cohue rattachée à un brouhaha incandescent. Une peur collective de l'inconnu et de la mort émergea soudainement. Puis, passée les 50 secondes semblables à 50 heures, la cohue qui réalise qu'elle fait partie d'un public, s'émerveilla et rigola. La naissance du cinéma est donc rattachée à la naissance de la psychologie de foule. 












Le cinéaste est un voyeur. La camera, c'est un peu comme le trou de la serrure de la chambre de nos parents. On les espionne, c'est dégoutant, on se sent coupable, mais on ne peut pas détourner le regard. Cela fait des films, des crimes-et des réalisateurs, des criminels. C'est un métier illegal.

24/12/2011


-Auguri!
-grazie, anche a te piccola...
-come stai?
-bene grazie, ho un piccolo raffreddore
-mannaggia...
-come sta tua sorella?
-bene bene, adesso ha suo appartamento, quindi si, sembra che sta bene
-mi fa piacere che e indipendente... pero sai, tu sei piu forte, sai quello che vuoi nella vita. Sei più coraggiosa... come tua nonna. Io invece sono debole. 
-Quello non te lo permetto. Non e giusto nonno, non sei debole. Sei forte, sta combattendo per la tua vita, per quelli che ami. Ti ammiro tanto sai...Adesso e normale che lasci gli altri occuparsi di te
-Mi sono occupato dei miei fratelli tutta la mia vita, adesso sono morti. Io sono rimasto solo... solo a combattere come dici tu... 
-No! non sei solo, non dire quello. La vita e bellissima... ti ricordi di quel giro in macchina sullo stretto a Messina? Ti ricordi di quanto era bello? Ti ricordi della bella nuotata che avevamo fatto a Rodia, di quanto eravamo felici? Sai, in questi momenti, quando sei giù, basta solo pensare ai tuoi ricordi.
Sai, a maggio vengo a trovarti, vengo sola a Messina per pochi giorni. Io non mi dimentico mai di te.. ti penso sempre nonno! Ti ricordi quando facevamo una passeggiata a Canneto e che mi dicevi: uuu guarda quel uomo, sembra un Baccalà con la camicia aperta e la panza al'aria! ahah, e quel uomo era tuo fratello
-Sono fiera che tu sia mia nipote..
-ma dai.. 
-sono serio, sei l'unica che mi parla cosi.. che mi parla con felicita, e con piacere.
-Sai nonno, ti amiamo tutti, e solo che lo dimostriamo tutti in modi diversi
-uu, mi stanno cadendo i denti, si sente?
-ahah, no nonno, non si sente proprio, 
-mah, menomale 
-adesso vado a mangiare
-ciao picciridda, tantissimi auguri, ti mando tanti baci
-anche io nonno! Ti chiamero domani mattina


20/12/2011

Je stagne



Mon incapacité à m'adapter aux conventions sociales et autres se retournera un jour contre moi. Je n’éprouve aucune haine, mais plutôt de la peine envers cet handicap. Je suis incapable de m’en débarrasser. Dire que je le fais par dégout ou même par mépris serait trop facile. Ca serait mentir à moi-même. Je ne comprends juste pas ce système. Je me contente de voir et de prendre en compte  ses limites. C’est donc la, et seulement la, que je régurgite un sentiment de nausée insoutenable, que je m’efforce de ravaler aussitôt. Cette même nausée me donne des maux de tètes atroces. En réalité, je suis perdue. Je ne trouve aucun domaine ou je pourrais peut-être exceller, m’adapter, trouver ma dignité, un sens a ma vie éphémère. Je ne le trouve pas, et c’est cela qui m’insupporte au plus profond de moi-même.

La vie je l’aime. Mais je la vie mal, a ce qu’on m’a dit. Je la fuis dans des livres, des idées, des dizaines de cafés au lait et des clopes. Et puis j’écris, je me lamente. Je me fatigue rien qu’à en parler.
Parce que je me mens à moi-même.

Constamment je me mens. Cette fatigue se traduis en pleurs, mais jamais en action, car je le répète, j’en suis incapable. Tout me parait inutile, sans but. Le futur proche me terrorise, je le fuis, et je me dis que le futur lointain me consolera.

Et puis la musique, les compliments, la reconnaissance d’une intelligence me réconforte. Mais je sens que cela me dégoute au final. On me dit, et on me répète que j’ai du « potentiel », que je pourrais faire de « grandes choses ». Mais dans quel but ? Et pourquoi ? Et en quoi cela me réconforterait ? Je ne suis pas prête à faire face à mon destin, à le prendre en main. Cependant je n’ai pas envie non plus de rester dans le système d’éducation superficiel, aussi connu sous le nom de « l’école ». Je veux crier sur les toits, crier de toutes mes forces.

Mais je reste calme, je me fous de tout, et je me plaints, et m’enferme dans une bulle aux apparences mystérieuses.  

19/12/2011

manchi....

video


Questo mondo è una meraviglia. Non c'è niente da fare, è una meraviglia. E se riesci a sentirti parte di questa meraviglia – ma non tu, con i tuoi due occhi e i tuoi due piedi; se Tu, questa essenza di te, sente d'essere parte di questa meraviglia – ma che vuoi di più, che vuoi di più? Una macchina nuova?
-Tiziano Terzani



Ho sempre sentito che avevo delle responsabilità. Quel senso del dovere, poi, che avevo sempre addosso, quel senso che, insomma, era giusto fare certe cose o non farle. Ma non ero io... era che non c'era niente di più importante nella mia vita, non c'era niente di più grande, sai... sono una che non ha mai fatto compromessi. Non ne ho avuto forse un grande bisogno, ma avevo una ripulsione per i compromessi e se questa la vuoi chiamare moralità, sì.

14/12/2011

L'aimant au coeur de pierre


Il y a cinq mois j'ai acheté un agenda. Il est noir, simple et moche. Je hais les agendas. Ce petit livre qui te guette de partout, te rappelant que tu dois écrire un travail écrit sur la myiase et trouver la définition de la vie pour le lendemain. Son regard pathétique qui contient une vague idée d'être utile, ou plutôt, de te faire sentir utile.Te rappelant que pour demain, tu dois retourner à ta vie mondaine, passive, bourrée de responsabilités futiles et insoutenables. Je hais les agendas.  Dans mon agenda à moi il y a des confettis en noir et blanc sur chaque jour férié de l'année. Ca te rappelle un vague souvenir de liberté. Une liberté illusoire qui te rappelle de ta vie matérialiste et répétitive.
Métro, boulot, dodo. 



Je hais les agendas. 




07/12/2011

mental breakdown
I'm bored. This life, this system, bores me. In fact, I am so bored, I could die. That's how bored I am. 

04/12/2011

between the devil and the deep blue sea





video
try and watch it without noticing the time passing by





deadlines


                           


30/11/2011

"I want to buy beauty"-stranger in the tram

Which one is more superficial? beauty or materialism?
colours or black and white?



-Avancez! merci bien
-Poussez vous excusez-moi!
-Mais ca va allé!
-J'ai dit "merci bien"...
-On est compressé comme des saucisses
-On dit, "comme des sardines"

-Je le vois samedi...
-ooooh
-ouais...

- J'ai envie d'acheter la beauté... les odeurs de la nature. L'odeur du pain fraichement sorti du four. L'odeur du café le matin. Mais surtout, acheter la beauté.

-Je n'arrive pas a croire qu'elle t'ai dit ca... c'est pas juste et puis c'est malhonnête
-Je sais mais, ouais...je sais pas trop

Les portes s'ouvrent, je sors, "excusez-moi", "désolé", je marche sur le pied de quelqu'un, "oh pardon, vraiment". Et puis la vie va. A 16:47 je reprendrai le bus pour, encore une fois, entendre des conversations en plein milieu de leurs elements perturbateurs et m'imaginer leurs fins ainsi que leurs incipits.

29/11/2011

judgement day



11 febbraio 1917: “Odio gli indifferenti. Credo che vivere voglia dire essere partigiani. Chi vive veramente non può non essere cittadino e partigiano. L’indifferenza è abulia, è parassitismo, è vigliaccheria, non è vita. Perciò odio gli indifferenti.
L’indifferenza è il peso morto della storia. L’indifferenza opera potentemente nella storia. Opera passivamente, ma opera. È la fatalità; è ciò su cui non si può contare; è ciò che sconvolge i programmi, che rovescia i piani meglio costruiti; è la materia bruta che strozza l’intelligenza. Ciò che succede, il male che si abbatte su tutti, avviene perché la massa degli uomini abdica alla sua volontà, lascia promulgare le leggi che solo la rivolta potrà abrogare, lascia salire al potere uomini che poi solo un ammutinamento potrà rovesciare. Tra l’assenteismo e l’indifferenza poche mani, non sorvegliate da alcun controllo, tessono la tela della vita collettiva, e la massa ignora, perché non se ne preoccupa; e allora sembra sia la fatalità a travolgere tutto e tutti, sembra che la storia non sia altro che un enorme fenomeno naturale, un’eruzione, un terremoto del quale rimangono vittime tutti, chi ha voluto e chi non ha voluto, chi sapeva e chi non sapeva, chi era stato attivo e chi indifferente. Alcuni piagnucolano pietosamente, altri bestemmiano oscenamente, ma nessuno o pochi si domandano: se avessi fatto anch’io il mio dovere, se avessi cercato di far valere la mia volontà, sarebbe successo ciò che è successo?
Odio gli indifferenti anche per questo: perché mi dà fastidio il loro piagnisteo da eterni innocenti. Chiedo conto a ognuno di loro del come ha svolto il compito che la vita gli ha posto e gli pone quotidianamente, di ciò che ha fatto e specialmente di ciò che non ha fatto. E sento di poter essere inesorabile, di non dover sprecare la mia pietà, di non dover spartire con loro le mie lacrime.
Sono partigiano, vivo, sento nelle coscienze della mia parte già pulsare l’attività della città futura che la mia parte sta costruendo. E in essa la catena sociale non pesa su pochi, in essa ogni cosa che succede non è dovuta al caso, alla fatalità, ma è intelligente opera dei cittadini. Non c’è in essa nessuno che stia alla finestra a guardare mentre i pochi si sacrificano, si svenano. Vivo, sono partigiano. Perciò odio chi non parteggia, odio gli indifferenti”.
-Gramsci


28/11/2011

Ideology, a reaction to reality (a spectrum of what is real)


Songs-


Summertime-Janis Joplins
House of the Rising Sun-The Animals



Thoughts-
Ore 8.10: "It is no measure of health to be well adjusted to a profoundly sick society"-J. Krishnamurti
Dentro, s'impara solo la sconfitte. Noi saremo sempre sconfitti, perche ci piace essere divisi. Ognuno per il conto nostro. 
Ore 9.00: Un paese bello ma inutile, un paese da distruggere, destinato a morire. Ci sarà un’apocalisse. Saremo tutti costruiti a ricostruire. Invece qui rimane, tutto immobile, tutto uguale. 
Ore 12.00: "None are the more hopelessly enslaved than those who falsely believe they are free"-S.R. Shearer. L'idea socialista. La democrazia proletaria. Tu parli della liberta, di liberta costituzionale, di liberta della parola...ma in fondo, sappiamo tutti che la liberta e un illusione. Una trappa che piano piano c'imprigiona nella schiavitù. 
Ore 12.45: Dai apri la bocca che mi viene più facile ad ucciderti, in nome delle forze dell'disordine.
Suicidio. Ma che significa? Come Aldo Moro? Come Falcone? Si sa che niente può cambiare, e diciamolo una volta per tutto, che a noi siciliani, la Mafia la vogliamo! Non perche fa paura, ma perche da sicurezza. Perche c'identifica, perche ci piace. Noi siamo la Mafia. 
Ore 14.00: Siamo tutti muti...perche non vale la pena di morire...non vale la pena di morire per la cosa giusta, ma lo e per la cosa nostra. Perche' morendo si lascia agli altri il compito di occuparsi di cosa nostra...


-La peggio Gioventu

27/11/2011

l'albatros du 21eme siecle

La fine e il mio inizio.


Souvent, pour s'amuser, les hommes d'équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.

À peine les ont-ils déposés sur les planches,
Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traîner à côté d'eux.

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule!
Lui, naguère si beau, qu'il est comique et laid!
L'un agace son bec avec un brûle-gueule,
L'autre mime, en boitant, l'infirme qui volait!

Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l'archer;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.
 Charles Baudelaire 

26/11/2011

Une vérité qui dérange

Des questions que l'on ne se pose jamais. Des questions a l'apparence mondaine mais qui au final nous enrichissent l'esprit.

The alienation of personality and the mystery of being

Si Oscar Wilde et Arthur Miller avaient une conversation...

(O.W): -Nous vivons dans une société superficielle. Une société qui prétend a un enrichissement de l’essence humaine mais qui finalement n’y apporte que vice et hypocrisie. Cette nature futile est trahie par l'incapacité de cette sois-disante élite sociale, a différencier quelqu’un de beau de  quelqu’un de bon. Nous vivons dans un monde ou l’Homme associe instinctivement la beauté a la vertu. Je suis né dans ce monde, dans cette époque, dite l'ère Victorienne. Je me présente, Oscar Wilde.

(A.M): -Mon monde a moi est détruit par des politiques dites idéalistes ainsi que par une économie instable du aux guerres causées par ces  politiques aux tendances nationalistes. Je vis dans une société qui est constamment tourmentée, une société qui se cherche. Une société qui cherche le code moral définitif sur lequel elle peut se baser et vivre paisiblement.  Cette même société évolue et laisse place a une nouvelle génération, la génération de l'après guerre. Un nouveau monde est donc créé. Le matérialisme y est toujours. L’homme se retrouve avec des troubles d'identités et essaye de trouver une place qui lui est “due” dans la société. Bienvenue au vingtième siècle, mon nom est Arthur Miller.

-Ah! La question de la place due de l’homme dans la societé se posera encore et toujours. La réponse va a l’encontre de la nature humaine. La réponse est une illusion.

-Bien évidement. Mais n’entrons pas dans ce débat, au risque de faire face a la même fatalité que le célèbre Dorian Gray. Le fait est que cette question était très présente au début du vingtième siècle, du a la récession. Chacun essayait de trouver une profession quelconque sans quoi leur vie serait en péril.

-Je vois. Mais cela n’a pu durer que pendant un certain temps. Et apres? Je conscents le fait qu’une réponse absolue ne put être trouvée, mais au moins une solution?

- Je dirais une idée plutôt qu’une solution.

-Donc une sorte de philosophie?

-En quelque sorte. Mais elle ne fut  vraiment présente qu’aux États-Unis. Son but était de promulguer un message, que si la motivation et la volonté y était, n'importe qui pouvait réaliser ses rêves, ses ambitions. D'où son nom, “American Dream”. C’est cette idéologie que j’ai exploré tout au long de ma pièce de théâtre, “La Mort d’un Commis Voyageur”. C’est donc une pièce qui a comme point focal, un homme aux allures (sociales) ordinaires qui souffre de cette philosophie dite idéaliste. Comme dans votre roman, j’ai tenté au mieux d’explorer cette inhumaine question qu’est la condition humaine.

- Effectivement dans, “Le Portrait de Dorian Gray”, la question est posée ce qui condamnera le protagoniste a mort. Car  L’homme est très faible, surtout sous l’influence de beaux discours enjolivés par une série d’affirmations. A moins de trouver la philosophie et donc la seule et unique réponse a la question. Le résultat sera toujours le même.

-Ah, mais la réponse n’est peut-être pas une philosophie. Dans cette pièce que j’ai écrite, je fais peu de descriptions, et celles que je fais sont sur des choses, des objets basiques. Car l’homme peut se plaindre du matérialisme mais au final, ce sont ces objets qui nous permettent de ne pas penser a cette condition humaine. Mais n'allons pas imaginer que le matérialisme est la solution. Ces descriptions et ce vendeur sont au centre de ma pièce pour montrer qu’au final, pour vivre heureux,  accompli et sainement, on doit se focaliser sur la famille, son travail et donc notre utilité sur terre. D'où ce sentiment d'avoir une place qui nous est due dans la société.

-(rires) Vous venez de décrire l'existentialisme M. Miller. Je comprends votre raisonnement, même si je ne suis pas d’accord avec le contenu. La réponse sera inévitablement subjective. La réponse sera tellement subjective que l’on ne peut pas vivre de celle-ci. Cette subjectivité-la est dangereuse et finit par nous empoisonner l’esprit. La réponse est inhumaine.

-Cependant, rien ne nous empêche d’explorer les possibilités et d’en préférer une plutôt qu’une autre.

-tout à fait. Tout de même,  l’homme doit assumer ses responsabilités lorsqu'il décide d’adopter, de vivre, selon une idée, une philosophie. Car la naïveté est fatale.

-C’est vrai... La naïveté de l’homme l’est en effet. Cette affirmation est valide pour tous les cas. L’auteur d’une idée est aussi responsable que son audience. Le tout est de trouver ses limitations. Par exemple, le protagoniste de mon roman, est totalement pris par les paroles hédonistes d’un certain Lord Henry. Ce dernier, est au final, totalement naïf et inconscient de ses paroles qui sont tant aimées du public pas tellement pour leur signification mais plutôt pour leur controverse.

-Mais comment justifiez-vous la naïveté de ce Lord Henry et aussi, de son disciple?

-Tout d’abord si le promulgateur d’une idée est naïf, son disciple l’est par ascendance. Aussi, c’est avec le changement radical de Dorian Gray, que l’on peut déduire sa naïveté. Quand a Lord Henry, connu pour ses valeurs amorales, celui-ci se trahira dans son propre jeu lorsqu’il dira (chapitre 19) qu’il n’y a pas de livres immoraux. Il prétend que “les livres que le monde appelle immoraux sont les livres qui lui montrent sa propre honte”. Cependant, ce livre si immoral que Lord Henry prêtera a Dorian aidera  a la décadence de ce dernier. Il est donc difficile d’accepter que ce que Lord Henry dit est vrai. La naïveté est donc bien fatale.

-Oui, mais la fatalité que porte une philosophie ne se présente pas uniquement dans la naïveté. Willy Loman, le commis voyageur protagoniste de ma pièce, ne meurt pas pour sa naïveté mais plutôt pour son absence totale de naïveté par rapport au rêve américain. C’est du a la pression constante de cette idée de devenir un homme prospère que cette homme mettra un terme a sa vie. Ceci, du a son échec de réussir, de s’adapter a cette philosophie. Il tentera de s’adapter, par les moyen du matérialisme, cependant, la ou l’on voit son échec a se moderniser vient au travail, ou il portera beaucoup d'importance a la communication avec ses clients.

- Intéressant, nous sommes donc confronté a deux fatalités différentes. Deux fatalités qui mettent le protagoniste dans une position de victime si je puis dire. Pensez-vous donc toujours, dans votre siècle, que l’homme est victime de son époque et de la philosophie qui lui est attachée?

-Je ne pense pas qu’il est victime de son époque Je pense qu’il est victime d’une certaine pression sociale qui, au vingtième siècle était très pondérant aux États-Unis. Car l’homme n’est pas seulement influencé par son époque. D’autre part, s’il est victime d’une philosophie, il est donc victime d’une pression sociale. Même ici, le choix de mots reste discutable, car au final, la victimisation d’une philosophie ne peut pas être utilisée pour définir la nature humaine. L'être humain est défini essentiellement par ses choix, des choix qu’il choisirait de faire suivant une quelconque époque, confronté a une quelconque philosophie.

-D'où ce sens de responsabilité que l’on a discute auparavant. Croyez-vous que l’art nous influence dans nos choix journaliers? J’ai tendance a penser que l’art est inutile et ne sert qu’a montrer de la beauté ou de la laideur.

-Ce que vous dites est assez ironique, vu d’un homme moderne tel que moi. Aujourd’hui l’art est reconnu pour ses pouvoirs dangereux de propagande ainsi que pour ses influences positives sur une communauté ou même monde en général. Aujourd’hui on étudie l’art ainsi que ses mouvements car cela nous aide a les comprendre et donc a comprendre la pensée qui régnait dans ses derniers. C’est de cette façon que l’on compris le votre. L’art est donc tout sauf inutile.

- Et a quoi est- ce que cela vous a servi de comprendre mon époque?

- Nous entrons dans un cercle vicieux a force de discuter si la vie, si nous, si l'humanité sert a quelque chose. Au final, ces questions d’utilités ne servent a rien. Elle nuisent a l’humanité. Est- ce si grave vouloir comprendre notre propre histoire? C’est inutile que pour ceux qui croient que leur propre existence l’est. Mais a quoi est-ce que cela nous revient de penser que tout ce qui nous entoure est inutile, nous incluant dans le lot? C'est la curiosité ainsi que la volonté de l'être humain a vouloir pousser ses limites intellectuelles qui lui permettent de penser qu’il est utile. Penser le contraire mène a cette fatalité, mais cette fois, a une fatalité stupide, aux apparences réalistes, qui est elle fort inutile.

Followers